Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Agrafresh a choisi Actiparc pour se rapprocher de sa clientèle française (62)

Agrafresh usine agroalimentaire nord legumes pas-de-calais
Share Button

De la semence à l’assiette ! Ann et Jan Demarez en rêvaient, ils l’ont amplement réussi. Ces deux enfants d’agriculteurs sont en effet parvenus à donner une plus value et davantage de débouchés aux productions de leurs parents. Leur premier défi fut de créer en 2001 (ils avaient alors 25 ans !) Agrafresh à Egem (Belgique), une usine produisant aujourd’hui, avec 90 salariés, près de 10 000 tonnes de légumes ultra frais et de salades plein champs (300 références).

« Notre ambition est de doubler le nombre de variétés d’ici juin 2017, de faire du site d’Arras l’usine phare de la salade prête à l’emploi. »

Pour répondre à une demande de plus en plus forte (grande distribution, restauration de collectivités, industrie agroalimentaire) Ann et Jan Demarez ont choisi d’implanter un second site de production au plus près de leur clientèle française. Lancé en juillet dernier sur la zone Actiparc, celui-ci est déjà en capacité de mettre en sachets 10 variétés de salades et d’honorer plus de 300 commandes par jour. «   Notre ambition est de doubler le nombre de variétés d’ici juin 2017, de faire du site d’Arras l’usine phare de la salade prête à l’emploi et de travailler avec un maximum de producteurs locaux  », annonce Jan Demarez. Le jeune dirigeant est ainsi allé à la rencontre des responsables de la Chambre régionale d’agriculture, avec lesquels il espère aussi partager son projet de cultures expérimentales.

La PME dispose sur Actiparc de quoi s’étendre et innover : son bâtiment de 6 000 m2, finement conçu pour accueillir de probables extensions, est implanté sur un terrain de 36 000 m2, sans compter l’acquisition en cours d’une parcelle de 30 000 m2. Autre volonté d’Agrafresh : s’inscrire pleinement dans la démarche de Troisième révolution industrielle qui se propage en Hauts-de-France. L’ensemble des locaux est chauffé à partir de l’énergie récupérée sur la chaîne de production, tandis que les eaux de pluies seront bientôt utilisées pour le nettoyage des installations. Quatre heures par jour, sécurité alimentaire oblige !

La suite sur:  La Voix du Nord