Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Agrial va reprendre la charcuterie Tallec à Bannalec (29)

Tallec charcuterie industrielle agroalimentaire usine Bretagne
Share Button

La coopérative Agrial annonce le « projet d’acquisition » de la société bretonne Tallec qui emploie 200 salariés à Bannalec (Finistère).

La coopérative Agrial a annoncé, ce vendredi 3 novembre, le « projet d’acquisition » de la société bretonne Tallec. Fondée en 1947, cette charcuterie emploie 200 salariés à Bannalec (Finistère), dans deux sites, et réalise un chiffre d’affaires de 37 millions d’euros, principalement auprès de la grande distribution, avec « des produits de charcuterie haut de gamme tels que les jambons à l’ancienne dont elle est le spécialiste, selon les termes du communiqué d’Agrial. Tallec fabrique également des « terrines, des pâtés, des produits de tête sous signe de qualité : IGP, Label rouge, produit en Bretagne ».

Débouchés pour les producteurs

Après l’acquisition en janvier dernier, de la charcuterie industrielle Brient (400 salariés) à Mordelles et Antrain (Ille-et-Vilaine), et après les rachats en 2012 de Maître Jacques à Rennes et de Cosme au Mans, Agrial continue de renforcer l’offre de sa branche viandes pour offrir des débouchés à ses producteurs.

Agrial qui a réalisé un chiffre d’affaires de 5,2 milliards d’euros en 2016, avec un siège social à Caen (Calvados), compte 14 000 agriculteurs adhérents dont 4 000 producteurs de viandes. C’est l’un des premiers groupes coopératifs agricoles et agroalimentaires français.

Sa branche viandes pesait environ 6% du chiffre d’affaires du groupe en 2016. Outre les charcuteries industrielles, elle comprend une organisation de producteurs en porcs, volailles et œufs et la société Avigros (négoce de volaille et charcuterie de volaille).

La stratégie de la branche passe aujourd’hui par un approvisionnement en viandes labellisées. Comme chez Cosme avec son label Oméga 3. Après son désengagement des abattoirs de volailles (première transformation), vendus à LDC, Agrial cherche à se renforcer dans la deuxième transformation, « si possibile dans son territoire du grand Ouest », expliquait en début d’année, Ludovic Spiers, directeur général du groupe coopératif…

La suite sur: Ouest-France