Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Amundi lance son fonds jambon parmesan

Agroalimentaire usine entrepot Amundi investissement
Share Button

La filiale de gestion d’actifs du Crédit agricole va proposer aux institutionnels d’investir dans un fonds de dette adossé à des stocks physiques de produits agroalimentaires.

Le fonds « jambon »… Le nom donné en interne au nouveau véhicule d’investissement en dette privée d’Amundi prête à sourire. L’affaire est pourtant très sérieuse. Forte de l’implantation locale de la filiale bancaire du Crédit Agricole en Italie, Amundi a décidé de se lancer dans le financement de stocks physiques de produits agroalimentaires emblématiques, comme le « prosciutto » de Parme ou de San Daniele, ou le « Parmigiano ».

Séquences de financement courtes

Concrètement, le fonds financera les stocks de plusieurs producteurs pendant toute la durée de l’affinage des produits : de douze à dix-huit mois pour le jambon et d’environ vingt-quatre mois pour le parmesan (produits de moyenne gamme). L’ancrage territorial du réseau bancaire dans le secteur agroalimentaire assurera environ 50 % du « sourcing » des opérations.

Actifs liquides et fongibles

Les avantages d’un tel sous-jacent ? D’abord, la séquence de financement est courte. Ensuite, il est « il existe une vraie liquidité sur ce type d’actifs », explique un professionnel. « Il est toujours possible de revendre les jambons sur une bourse spécialisée, voire directement à des distributeurs ».

Amundi envisage de lever environ 150 millions d’euros pour ce fonds. Pour les  investisseurs en quête de diversification , d’actifs réels et de rendement, le produit paraît idéal. « Le seul risque est que le jambon soit pourri mais il est limité », remarque un professionnel. Les rendements visés se situeraient entre 4 et 6 %. Une performance appréciable en période de taux zéro.

La suite sur: Les Echos