Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Appétit de France double sa capacité de production

Appetit de France Romans-sur-isère double sa production Agroalimentaire Viennoiserie industrielle Délifrance Usine
Share Button

Implantée depuis 2000 à Romans, l’entreprise Appétit de France, rachetée par le groupe Nutrixo en 2004, vient de doubler sa capacité de production grâce à un investissement de 27 millions d’euros. Un pari sur l’avenir qui s’appuie sur un marché de la viennoiserie industrielle en progression constante au niveau européen. Et doit entraîner, à terme, la création de quelque 80 emplois.

«On exporte du savoir-faire à la française ». Hervé Appelghem, directeur du site romanais d’Appétit de France, en a bien conscience : le croissant français bénéficie d’une image de marque internationale. C’est pourquoi l’usine de fabrication de viennoiseries surgelées prêtes à cuire exporte 60 % de sa production.

Et le marché ne connaît pas la crise, puisque la demande connaît une croissance de près de 4 % chaque année en Europe. D’où la décision du groupe Nutrixo, qui a racheté l’entreprise Appétit de France via Délifrance en 2004, d’investir 27 millions d’euros dans une nouvelle ligne de production. Celle-ci permettant de doubler la capacité de production de l’usine agroalimentaire romanaise. Son objectif : « Devenir leader au niveau européen, au moins », confie Hervé Appelghem. La marque est déjà très présente en Italie et en Europe du nord, pays pour lesquels elle réalise des produits spécifiques, les croissants fourrés, qui représentent 20 % de sa production.

Jusqu’à 60 000 tonnes de viennoiseries par an

« Nous sommes à l’écoute des marchés, nous répondons aux goûts des consommateurs de chaque pays », souligne Hervé Appelghem. L’innovation fait aussi partie de la stratégie, avec 250 nouveaux produits développés chaque année par Délifrance, en partie dans le pôle développement de six personnes à Romans.

L’article complet sur:  Le Dauphiné