Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Carrefour se lance dans la livraison de paniers-repas à domicile et acquiert Quitoque (75)

Quitoque Carrefour Agroalimentaire Distribution Investissement logistique température dirigée
Share Button

L’enseigne de supermarché Carrefour devient le principal actionnaire de la société Quitoque, l’un des leaders de la livraison à domicile de paniers-repas.

L’enseigne de supermarché Carrefour devient le principal actionnaire de la société Quitoque, l’un des leaders de la livraison à domicile de paniers-repas.

Carrefour a annoncé ce jeudi avoir pris une participation majoritaire dans la société Quitoque, start-up spécialisée dans les paniers-repas livrés à domicile.

Créée en 2014, Quitoque revendique la place de leader français de la livraison à domicile de paniers-repas à cuisiner. La société, qui compte 60 salariés, propose chaque semaine à ses clients via un système d’abonnement des recettes à préparer chez soi avec des produits locaux, bio et de saison.

Trois millions de repas livrés en 2017

Elle a livré près de trois millions de repas en France en 2017. Son chiffre d’affaires comme le montant de l’opération n’ont pas été rendus publics. « Cette prise de participation permet à Carrefour d’étendre son offre en e-commerce alimentaire […] et d’enrichir l’expérience d’achat en proposant des services innovants », indique le groupe dans un communiqué.

Pour Marie Cheval, responsable de la transformation digitale de Carrefour, elle va permettre au groupe de se renforcer dans la foodtech « pour apporter une réponse omnicanale aux nouvelles habitudes de consommation ».

 L’entreprise restera dirigée par ses co-fondateurs qui poursuivront le développement de la société aux côtés du distributeur. La transformation digitale compte parmi les chantiers prioritaires du PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, qui a promis d’y investir 2,8 milliards d’euros dans les cinq ans qui viennent.

Source :  Ouest-France