Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Chocolat. Les Chevaliers d’Argouges vont agrandir leur usine agroalimentaire (50)

Chevaliers d'Argouges - Manche Normandie Agroalimentaire Usine Atelier
Share Button

La chocolaterie de Moyon emploie 120 personnes et souhaite s’agrandir. Elle ouvre ses portes au public, samedi 8 avril.

De Gratot à Moyon

La belle histoire, à s’en lécher les babines, a plus de mille ans. Les Chevaliers d’Argouges étaient auparavant des chevaliers de Gratot. 1 200 ans plus tard, en 1991, le grand maître chocolatier, Bernard Meiss, transforme en laboratoire la forge de son grand-père, maréchal-ferrant.

Le chocolatier est ami de longue date avec Jean Pierre, entrepreneur en peinture – bâtiment. Leurs fils respectifs, David Meiss, Lionel et Bertrand Pierre, sont devenus les Chevaliers d’Argouges d’aujourd’hui. Ils ont migré vers Domjean, puis Moyon, voilà dix ans, pour construire leur « forteresse chocolatière ».

Des clients de prestige

L’entreprise produit « plus de 500 t de chocolats, pralinés, noisettes amendes… Soit plus d’une centaine de références qui sortent de notre production par an », précise David Meiss, directeur général. Un laboratoire de recherches travaille en permanence à améliorer la qualité gustative des produits. « Notre obsession est l’excellence », souligne Lionel Pierre, président.

Label qui, depuis plus d’un quart de siècle, fait le succès du maître chocolatier. « Nous évoluons sur un marché livré à une farouche concurrence, aussi bien auprès des artisans chocolatiers que de la grande distribution. Pour faire face à cette adversité commerciale, certes saine, notre présence s’impose sur tous les grands salons de l’agroalimentaire, nationaux et internationaux. »

L’enseigne prestigieuse Harrod’s, à Londres ? « Nous les avons rencontrés lors d’un salon. » Pour Maxim’s, à Paris, client depuis 1996 ? « C’est plus cocasse. M. Poisson, directeur de la société, a fait l’achat de nos tuiles au chocolat, au carrefour de Saint-Aignan, en région rouennaise… »

La vente et l’export

Le secteur « est en pleine expansion. Les fèves de cacao nous viennent de République Dominicaine. » Aujourd’hui, le service commercial des Chevaliers d’Argouges traite des marchés exports. L’Angleterre, la Suède, le Danemark, l’Ukraine, Hong-Kong, Singapour, font partie de ce réseau de distribution. En 2015, à proximité de la chocolaterie, une boutique a ouvert. Et dernièrement, les Chevaliers d’Argouges ont élargi leur réseau de vente par le biais d’internet : www.les-chevaliers-dargouges.com

La suite sur: Ouest-France