Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Commerce de gros. TG Viandes et marée fait du sur-mesure depuis Rennes (35)

TG Viandes Rennes Bretagne Agroalimentaire Frais Usine Atelier
Share Button

À l’étroit dans ses locaux de Québriac, près de Tinténiac, TG Viandes a déménagé dans la zone industrielle de la route de Lorient, à Rennes. Et depuis, propose aussi des produits de la mer.

Québriac

Tout a commencé en 1993 à Québriac, près de Tinténiac : boucher, Daniel Tremier y installait une activité « de découpe de viande à façon, pour la restauration », présente Mikaël Cadio, co-gérant de TG Viandes et marée. Lorsqu’il prend sa retraite en 2013, l’entreprise est rachetée par le groupe nantais Cadegau.

De 250 m2 à 2 500 m2

En juillet 2015, à l’étroit dans les 250 m2 du site de Québriac, les 24 salariés emménagent dans des nouveaux locaux, zone industrielle de la route de Lorient, à Rennes. « Les 2 500 m2 laissés libres par un transporteur, dans les anciens locaux du mareyeur Cochet, tombaient à pic. » Face au Mir, le Marché d’intérêt régional, qui regroupe plusieurs grossistes en fruits et légumes, « nous rapprocher d’opérateurs exerçant des métiers similaires était un choix stratégique ». Moyennant un investissement de 3,5 millions, dont 2 millions de mise en conformité.

Diversification

Soucieuse de diversifier ses activités, TG Viandes a repris en 2015 la société Émeraude marées. D’où un changement d’identité : TG Viandes devient TG Viandes et marée. Et tout récemment, « il y a une quinzaine de jours », TG Viandes et marée a acquis la société Pro JLS, qui vend « des produits frais et surgelés auprès des collectivités ». Aujourd’hui, les clients de TG Viandes et marée, « à 80 % des restaurateurs, pour le reste quelques collectivités, des traiteurs, quelques bouchers, poissonniers et charcutiers »,peuvent s’y approvisionner en viandes, charcuteries, volailles et produits de la mer, « essentiellement en produits frais ».

De la Bretagne à l’Europe

Côté approvisionnements, TG Viandes et marée achète ses viandes « en Bretagne. Nous travaillons avec des abattoirs que nous connaissons bien, parfois à Rungis ou en Europe pour certains produits spécifiques ». Pour les produits de la mer, « en Bretagne – notamment à Saint-Guénolé – Penmarch (Finistère), où nous possédons une antenne forte de huit collaborateurs – et jusqu’à Boulogne. Et Écosse et Norvège pour le saumon ».

« Sur-mesure »

Approvisionnée tous les jours, TG Viandes et marée possède ses laboratoires de découpe de viande et son atelier de filetage pour le poisson. Quant aux clients, ils peuvent passer commande « jusqu’à 19 h ou 20 h, pour une livraison le lendemain, avant midi ». Sept camions frigorifiques assurent les livraisons des 700 clients « dans un rayon de 150 à 200 km ».

L’entreprise dispose également d’un magasin où les professionnels peuvent venir s’approvisionner, sur son site de la zone industrielle. « Nous préparons les commandes sur-mesure, à la demande, y compris pour de petites pièces, vendues parfois à une ou deux unités. »

Objectif croissance

Forte de 33 salariés, TG Viandes et marée, « une entreprise à taille humaine, avec des collaborateurs actionnaires impliqués », entend poursuivre son développement breton, tout en visant le marché bas-normand. Elle réalise 8 millions d’euros de chiffre d’affaires, « avec un objectif de 10 millions en 2018, et quatre à six embauches », sourit Mikaël Cadio.

La suite sur: Ouest France