Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

France Lamelle ouvrira ses portes à Arçonnay (72), dans un bâtiment agroalimentaire de 1 650 m²

France Lamelle - SAGLAM - KEBAB - Agroalimentaire Orne Sarthe Usine Batiment Agroimmo.fr
Share Button

Saglam France, implanté à Pré-en-Pail (Mayenne) va ouvrir une filiale à Arçonnay (Sarthe) en septembre, spécialisée dans les lamelles de kebab congelées. D’ici trois ans, 60 personnes pourraient y travailler.

Le kebab sourit à Mehmetemin Saglam. Quand il a lancé son activité de négoce de viande de kebab en 2011 à Alençon, il ne devait pas imaginer qu’il serait, 4 ans plus tard, PDG d’un groupe qui emploiera bientôt 108 salariés. C’est pourtant ce qui est en train de se passer.

Le 1er septembre, France Lamelle ouvrira ses portes à Arçonnay, dans un bâtiment de 1 650 m2, occupé jusqu’à récemment par l’entreprise Comte du Bellou. La vente, sous forme de crédit-bail, a été signée le 30 avril avec le syndicat mixte pour l’aménagement et la promotion des parcs d’activités de Cerisé et Arçonnay.

« Saglam France, implantée à Pré-en-Pail depuis le 21février 2013, produit et distribue des broches de kebab(poulet, dinde, veau à 100 % ou en mélange), rappelle Armand Kaya, directeur général des trois sociétés (Saglam France (production), Saglam distribution (négoce) et France Lamelle). Selon la demande de nos clients, nous proposons des broches de 5 à 50 kg ».

4,2 millions d’euros de chiffre d’affaires

Cette nouvelle unité va permettre au groupe de se diversifier en produisant des lamelles de kebab et des morceaux de viande marinée. « Nous avons identifié un marché auprès de nos clients actuels. Certains restaurateurs, à 22 h, ne vont plus lancer une nouvelle broche à cuire. Avec les lamelles congelées, ils n’auront plus qu’à les réchauffer sur la plancha. Et ça pourrait aussi se développer dans les collectivités ».

Le bâtiment de Pré-en-Pail étant trop petit (2 000 m2) pour accueillir cette nouvelle activité, « nous nous sommes rapprochés de la communauté urbaine et notamment de Guillaume Plançon, chargé de mission Développement économique à la CUA, qui nous a parlé de ce bâtiment blanc à Arçonnay. »

La suite sur Ouest-France