Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Le groupe Française de Gastronomie lance un vaste plan d’investissement industriel (67).

Francaiss de Gastronomie usine agroalimentaire plats cuisines Mareval Bretagne
Share Button

Pour continuer à performer sur le marché du surgelé, le Groupe agroalimentaire Française de gastronomie investit plus d’un million d’euros sur ses quatre sites de production en France. Objectifs : renforcer les outils pour gagner en productivité et en compétitivité.

Acteur majeur du surgelé, le Groupe Française de Gastronomie a enregistré un chiffre d’affaires de 57,1 millions d’euros en 2015 (+1,32 %), malgré des pénuries de matières premières comme l’escargot et la noix de Saint-Jacques. Pour continuer dans cette voie, il lance un plan de modernisation massif sur ses outils industriels. « C’est grâce à l’innovation que nous avons réussi à consolider notre position sur les différents marchés. Nous poursuivons donc nos investissements pour 2016 avec un peu plus d’un million d’euros consacrés à l’amélioration des sites de production et ainsi, de la compétitivité pour continuer à innover », explique Patrick Jagut, directeur général du groupe.

4 sites concernés

Un budget de 1,1 million d’euros d’investissement est mis sur la table pour les quatre sites du groupe en Bretagne, Auvergne et Bourgogne afin de renforcer les capacités de production, renouveler les outils et lancer de nouveaux produits. Pour la Bretagne, le groupe investit 510 000 euros dans les usines agroalimentaires de Quimperlé et Quimper pour le pôle mer. Sur le pôle terre, 230 000 euros vont concerner le site Vieille-Brioude (Auvergne) afin de faire évoluer la chaîne du froid. Enfin, sur l’usine de Bassou, spécialisé dans la fabrication d’escargot, une enveloppe de 400 000 euros a été allouée pour l’aménagement du dosage et du conditionnement. Déjà, en 2015, le groupe avait investi près de 500 000 euros sur ses quatre sites.

 La suite sur: L.S.A