Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Le groupe Saint Jean a inauguré l’extension de son usine de plats cuisinés dans la Drome (26).

Saint-jean Bourg-de-Péage usine agroalimentaire Drome
Share Button

Le groupe agroalimentaire Saint Jean, spécialiste des ravioles, pâtes fraiches et autres quenelles vient d’injecter 8 millions d’euros dans l’extension de son usine de Bourg-de-Péage (Drôme) dédiée à la production de plats cuisinés. Pour le groupe qui vise les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2020, il s’agit d’accompagner la croissance de ses marchés et d’alimenter ses ambitions.

Démarrés en juin 2014, les travaux d’extension de son usine de Bourg-de-Péage (Drôme) entrepris par le groupe Saint Jean ont connu leur dénouement le 23 juin en fin de matinée avec l’inauguration officielle du site. L’infrastructure est passée de 2 500 mètres carrés à 5 000 mètres carrés et a nécessité un investissement de 8 millions d’euros.

Ces travaux ont permis de tripler la capacité de production annuelle qui dorénavant est en mesure d’atteindre les 4 500 tonnes, de multiplier par cinq la surface de stockage et d’expédition de produits finis qui est désormais de 600 mètres carrés et d’installer une nouvelle chaudière 15 fois plus puissante que ne l’était la précédente. Ainsi que l’a précisé Guillaume Blanloeil, directeur général du groupe Saint Jean, lors de cette inauguration, « cette extension est destinée à permettre au groupe de continuer à progresser sur le marché hyperconcurrentiel et très porteur des plats cuisinés vendus en GMS prêts à être consommés. Il s’agit pour nous d’un de nos plus importants relais de croissance dans notre stratégie qui est d’atteindre les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2020. Nous ne pouvons en effet guère tabler sur la progression de nos marchés historiques [NDLR : les ravioles, quenelles et pâtes fraiches] où nous sommes déjà leaders, a fortiori si l’on part du principe avéré que ces marchés sont arrivés à maturité. »

 La suite sur: L’Usine Nouvelle