Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

La chocolaterie Monbana livrée en 2016 près de Fougères (35)

Chocolaterie Monbana Fougères Usine Agroalimentaire Bretagne
Share Button

Les travaux de l’usine du chocolatier Monbana étaient arrêtés depuis plusieurs mois à Saint-Sauveur-des-Landes en Ille-et-Vilaine. Ils ont repris mi-septembre, au Parc de Plaisance.

Une longue histoire

Le lieu ne sent pas encore le chocolat, mais depuis mi-septembre les travaux de l’usine Monbana ont repris au Parc de Plaisance, à Saint-Sauveur-des-Landes.

Après la pause de la première pierre en décembre 2014, le projet du chocolatier français devait initialement aboutir ce mois-ci.

Mais un problème de financement a stoppé l’avancement des travaux durant plus de six mois.

« Aujourd’hui, on se projette vers l’avenir », souligne Dominique Renault, le directeur général de l’entreprise, refusant de « revenir sur le passé ».

Derrière le projet depuis son lancement, Fougères communauté le finance désormais à hauteur de 6 millions d’euros, via un crédit-bail. Monbana devra ensuite rembourser 37 780 € par mois durant quinze ans.

« Les travaux vont s’accélérer dès cette semaine et le bâtiment devrait être livré en avril 2016 », annonce Dominique Renault. Le début de la production de poudre chocolatée est, elle, prévue pour l’été, « le temps de déménager ».

Trente emplois créés ?

L’usine remplacera celle de Landivy, en Mayenne, dont une quarantaine d’employés seront transférés. Avec cette nouvelle unité de production, Monbana espère pratiquement tripler son chiffre d’affaires en cinq ans : «Ce site sera incontournable et stratégique pour le développement de l’entreprise, notamment vers l’international. »

Trente nouveaux postes devraient être créés. « Mais il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs : il faut nous laisser le temps de monter en puissance, prévient le directeur général.

.

Lire la suite sur: Ouest France