Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

La Cie fruitière inaugure sa mûrisserie de bananes au Rheu (35)

Compagnie Fruitière Le Rheu Plateforme logistique Murisserie Bananes Bretagne Agroalimentaire
Share Button

Au Rheu (35), La Compagnie fruitière marseillaise (18.000 salariés, CA : 700 M€) a investit 3,3 millions d’euros dans une nouvelle mûrisserie de bananes. Le groupe double ainsi ses capacités dans le grand Ouest, avec un potentiel de 20.000 tonnes par an.

L’ancienne mûrisserie rennaise de la Compagnie fruitière était l’une des plus anciennes à Saint-Grégoire, en location. « L’outil était à saturation », explique son directeur local. Transféré dans un bâtiment neuf construit par CCR (groupe GSE) à l’Ouest de Rennes, au Rheu, le nouvel équipement de 2.600 m² qui emploie 12 personnes permet à la firme d’en être propriétaire mais surtout de pouvoir doubler ses capacités, pouvant atteindre 20.000 tonnes de fruits par an. Un objectif d’ici 3 à 5 ans… « Nous allons dépasser les 13.000 tonnes en 2015. »

15 chambres

Aujourd’hui, le site dispose de 15 chambres de mûrissage de 28 palettes chacune, mais trois chambres supplémentaires peuvent encore être aménagées dans la zone de préparation de commandes. Les bananes en provenance des plantations du groupe en Afrique transitent par Anvers et passent de 4 à 6 jours en mûrisserie. La Cie Fruitière en possède 9 en France. « Nous sommes sur les dernières technologies de dépression à l’éthylène », indique le groupe. Ses ventes, vers les plateformes de la grande distribution et des grossistes d’une zone de Caen à Nantes en passant par Le Mans et Brest, se composent de 60 % de vrac et 40 % de prêts emballés aux marques des distributeurs, par exemple. Pour Paul Bouzon, directeur marketing du groupe marseillais, cette opération traduit une mise à niveau technologique et la volonté de renforcer sa présence dans l’Ouest en gagnant des parts de marché.

La suite sur: Le Journal des Entreprises