Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Labeyrie Fine Foods cède ses surgelés au groupe japonais Ajinomoto (82)

Ajinomoto Labeyrie Traiteur Surgelé Usine agroalimentaire acquisition
Share Button
L’épineux sujet des produits surgelés chez Labeyrie Fine Foods n’est plus. Pour 21 M€, le groupe agroalimentaire – détenu depuis près de trois ans par PAI Partners et la coopérative Lur Berri – a revendu sa filiale Labeyrie Traiteur Surgelés au japonais Ajinomoto. L’industriel tricolore se sépare ainsi d’une activité qui générait environ 50 M€ de chiffre d’affaires 2016, pour un Ebitda qui avoisinerait, selon nos sources, près de 3 M€. Si le projet de cession de ce pôle ne datait pas d’hier, il aurait été accéléré par le départ de l’ex-président Xavier Govare – parti sur fond de désaccords stratégiques avec PAI Partners. « L’ancien dirigeant de Labeyrie croyait en la pertinence de cette activité. Il avait d’ailleurs cherché à l’étoffer en étudiant la piste de potentielles opérations de croissance externe, souligne un fin connaisseur du groupe. Doté d’une vision plus détachée, l’actionnaire ne l’entendait cependant pas de cette oreille et ne souhaitait pas conserver cette activité, en panne de croissance. » Et certains de mentionner le climat social tendu qui régnait à Castelsarrasin, au sein de l’une des deux usines de surgelés, à la suite d’un plan d’économie et d’une rumeur de fermeture. Le groupe japonais, qui a opéré ce rachat par le biais de sa filiale locale (Ajinomoto Foods Europe), entend renforcer sa plateforme de distribution française et pousser la commercialisation de ses produits phares, les gyoza. Les produits de Labeyrie Traiteur Surgelés bénéficieront, quant à eux, du canal de distribution d’Ajinomoto auprès des restaurants et de son réseau international. En Asie, les produits congelés ont connu une croissance de leur vente à deux chiffres, au cours des dernières années, pour atteindre 500 M€ en 2016.
La suite sur: Les Echos