Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Laïta. Une usine high-tech de 80 M€ à Créhen (22)

Laita Crehen cotes-d'armor usine agroalimentaire lait
Share Button

Gwen Catheline Le gratin politique breton était réuni, hier, pour inaugurer la nouvelle usine de poudre de lait de la Laïta, à Créhen (22). 80 M€ ont été investis dans cet « outil high-tech » qui veut conquérir le marché étranger, notamment la Chine.

Après trois ans de travaux et un peu de retard, la Laïta a inauguré en grande pompe, hier, la nouvelle unité de poudre de lait de son site de Créhen. La coopérative laitière basée dans le Finistère, filiale du géant Even, a investi 80 M€ dans une troisième tour de séchage haute de 47 m, un atelier de mise en boîte du lait infantile et un laboratoire de pointe. L’investissement fait de Créhen l’un des trois sites majeurs du groupe avec Ploudaniel (29) et Ancenis (44). Il a permis de créer 80 emplois, dont 30 pour le seul laboratoire, capable de faire 1.500 analyses par jour. « Cette nouvelle usine nous permet de faire un saut technologique important, inspiré des normes pharmaceutiques », a indiqué Guy Le Bars, éleveur finistérien et président du groupe Even. Le but est de produire en toute sécurité de la poudre de lait infantile, destinée surtout aux marchés étrangers en forte croissance : Chine et reste de l’Asie, Moyen-Orient, Afrique… En attendant l’agrément officiel chinois, qui devrait bientôt lui permettre d’accéder à cet énorme marché, Laïta produit d’ores et déjà dans cette nouvelle tour de la poudre de lait écrémé « premium » destinée aux géants du chocolat et de l’industrie agroalimentaire.

« Nouveau modèle breton »

« Ce nouvel outil tombe en plein dans les objectifs des récents États généraux de l’Alimentation : mieux valoriser le lait de nos 3.250 exploitations adhérentes, dans un marché très volatile et face à la concurrence internationale », a souligné Guy Le Bars. L’état-major de Laïta et Even estime qu’à terme, ce nouvel outil pourrait permettre de valoriser près de 200 millions de litres de lait de plus qu’actuellement. « En investissant ici, on sécurise les investissements des producteurs de lait ». Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a effectué là sa première sortie bretonne depuis son passage d’un gouvernement à l’autre. Accompagné de ses successeurs Pierrick Massiot et Loïc Chesnais-Girard, ainsi que du président du Conseil départemental Alain Cadec, le ministre a déclaré voir là l’émergence d’un « nouveau modèle agroalimentaire breton, basé sur le triptyque  » innovation, investissement, internationalisation  » ». Il a également dit avoir évoqué la question de l’agrément de Laïta auprès du Premier ministre chinois lors de sa visite, la semaine dernière. On ne se refait pas.

La suite sur: Le Télégramme