Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Le transporteur TRM s’installe à Rouvroy et prévoit de doubler ses effectifs (62)

TRM madrias logistique entrepot frigorifique agroalimentaire nord négatif
Share Button

La société des Transports René Madrias (TRM), spécialisée depuis 1969 dans le transport agroalimentaire, s’est lancé dans la construction d’un nouveau site au parc de la Chênaie. Son arrivée, prévue au printemps 2018, s’accompagne d’une trentaine d’embauches dans les deux ans, après déjà dix recrutements.

Après avoir loué des bâtiments à Montigny-en-Gohelle puis, depuis 2013, à Vendin-le-Vieil, TRM a la volonté de s’implanter durablement dans les Hauts-de-France. Le choix s’est rapidement porté sur une vaste parcelle disponible dans la zone d’activités de la Chênaie que gère la CAHC, à proximité du Benelux et des grands axes autoroutiers. «  Cet investissement permettra de pérenniser notre ancrage dans la région et de poursuivre notre développement  », assure Dominique Stolarski, directeur d’agence chez TRM, pour qui «  c e territoire dispose de gros potentiels et d’un bassin d’emploi important  ».

Déjà dix chauffeurs à recruter d’ici fin avril

Les travaux ont débuté il y a quelques semaines, pour une livraison programmée fin avril. De quoi laisser le temps aux maîtres d’ouvrage de construire une chambre de stockage de surgelés de 9 00 m² avec une capacité de 1 000 palettes, six quais de déchargement et 200 m² de bureaux prévus pour recevoir un étage. À l’extérieur, 50 places de parking, une station de carburant et une piste de lavage seront dédiés aux 20 poids lourds.

L’opération génère un investissement de l’ordre de 2,5 M€ au terme duquel l’entreprise prévoit le recrutement, dès l’ouverture, de dix chauffeurs. . Le site s’étend sur une parcelle de 2 ha avec une réserve foncière de 5 000 m² pour de possibles extensions. D’autant que TRM vise le doublement de ses effectifs pour «  répondre à la croissance exponentielle de l’activité  », souligne Dominique Stolarski. De 28 fin avril, le nombre de salariés devrait être porté à 60 dans les deux ans.

Un chiffre d’affaires de 65 M € par an grâce à ses 320 camions

Créée il y a près de cinquante ans, la société TRM est en effet devenue l’un des experts du transport agroalimentaire spécialisé. Le groupe organise la collecte et la distribution de denrées périssables surgelées à travers toute la France, mais aussi dans les pays frontaliers comme la Belgique, le Luxembourg ou encore la Suisse et le nord de l’Espagne avec sa flotte de 320 camions. Ses principaux clients sont les grandes et moyennes surfaces, la restauration hors foyers. Avec un chiffre d’affaires de 65 M€ par an, l’entreprise emploie 750 salariés répartis sur plusieurs sites, en Nouvelle Aquitaine, en Bretagne, en Normandie et dans le Grand Est. Elle renforce aujourd’hui son positionnement dans les Hauts-de-France «  pour un rayonnement optimisé ».

Elle mise notamment sur le développement du marché des produits surgelés, toujours plus plébiscité pour «  sa facilité de conservation associée à une prise de conscience de ses valeurs nutritionnelles.  »

Le nouveau site en chiffres

–  2 ha de superficie avec 5 000 m² de réserve foncière

–  3 000 palettes en transit hebdomadaire

–  1 000 palettes en stockage surgelé

–  20 ensembles frigorifiques

–  21 chauffeurs

–  5 manutentionnaires

–  4 administratifs

Par souci environnemental, la flotte des camions bridée à 85 km/h

«  L’environnement est primordial pour nous  », avance Dominique Stolarski. Le groupe, engagé volontairement depuis 2010 dans la charte Objectif CO2 «  pour réaffirmer notre volonté d’améliorer notre performance environnementale  » a décroché, après un audit très pointu en novembre dernier, le label CO2. «  C’est une reconnaissance de nos engagements et du travail mené par les équipes puis un gage de qualité pour nos clients  ».

Un plan d’actions concrètes pour l’environnement

TRM s’est engagé dans un plan d’actions concrètes car, pour l’entrepreneur, le transport routier n’est plus un problème en matière de développement durable, «  il est la solution  », à condition d’opter pour des outils valorisant la réduction de son empreinte carbone et de lutter contre la pollution à divers niveaux. Il a choisi du matériel récent et aux dernières normes européennes Euro 6, diminué la consommation de carburant et par voie de conséquence les émissions de CO2 (gaz à effet de serre). TRM dispose aussi de formateurs proposant des stages d’éco-conduite à ses chauffeurs «  pour leur remémorer durablement les bons gestes au volant  ». La flotte de véhicules est également bridée à 85 km/h, «  c’est un label aux bénéfices concrets pour tous  ».

Pour aller toujours plus loin dans sa stratégie d’amélioration de la performance énergétique, TRM a privilégié certains critères dans la construction de son nouveau site. Le futur bâtiment sera doté de leds intelligentes pour éviter les gaspillages d’énergie. «  A l’approche d’un employé, les lampes s’allumeront pour éclairer la zone de travail et s’éteindront après leur passage  ». La piste de lavage sera dotée d’un récupérateur d’eau de pluie. Enfin, l’entreprise collabore avec la Chaîne des terrils pour son aménagement extérieur, l’implantation de ruches et la mise en place de l’écopâturage.

 

La suite sur:  La Voix du Nord