Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Surgelés. Le petit pois fait peau neuve à Gélagri à Loudéac (22)

GELAGRI TRISKALIA SURGELES agroalimentaire loudeac bretagne usine logistique
Share Button

L’usine de légumes surgelés, filiale de Triskalia, a inauguré une nouvelle ligne de production, jeudi 7 juillet, à Loudéac. Elle permettra de produire 13 tonnes de petits pois surgelés à l’heure.

Cinq millions d’euros ont été investis afin de renforcer les performances économiques et environnementales du site de Gélagri, à Loudéac, une usine spécialisée dans la préparation et la surgélation de légumes. Les travaux ont consisté à démonter l’intégralité de l’ancienne ligne de production pour réinstaller un blancheur cuiseur et un surgélateur nouvelle génération.

C’était un pari délicat, comme l’explique le directeur marketing Régis Pennarun : « Il a d’abord fallu démonter complètement l’ancienne ligne, puis traiter les déchets, pour réinstaller la nouvelle. » Les travaux ont duré de novembre à début juin. «Comme nous travaillons exclusivement à partir de matières premières de saison, les usines sont à l’arrêt l’hiver. On a donc profité de cette fenêtre pour faire les travaux. »

Passer de 4 à 13 tonnes à l’heure

Brice Urlacher, le directeur général de Gélagri, se félicite : « La nature n’attend pas, il fallait être au rendez-vous. Ils étaient beaucoup à nous dire que nous n’y parviendrions pas, mais nous l’avons fait, nous en sommes très fiers. C’était un gros challenge pour les équipes. »

Augmentation de la capacité de production et amélioration de la qualité du produit sont les maîtres mots de cette innovation. Ainsi, le surgélateur nouvelle génération devrait permettre de produire 13 tonnes de petits pois par heure, contre 4 tonnes auparavant. « Au-delà de la capacité, ce qui nous intéresse c’est la qualité et les économies d’énergie que nous pourrons réaliser. » Car, pour Gélagri, la qualité du produit fini est aussi importante que le volume. « On doit continuer à être en avance : ce que l’on recherche, aujourd’hui, avec l’évolution des techniques, c’est à obtenir des gros lots homogènes et de très haut niveau qualitatif. »

L’entreprise Gélagri, qui compte 800 salariés, a entrepris, depuis 2010, une démarche pour éliminer ses déchets verts. Au cours de ce long chantier, 100 % des déchets produits ont ainsi été recyclés et revalorisés. La filiale du groupe coopératif Triskalia a aussi tenu à ce que la majorité des entreprises intervenant dans les travaux de la nouvelle ligne de production soient bretonnes

 La suite sur:  Ouest France