Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Volaille. LDC se développe dans le canard en Vendée (85)

LDC usine volaille vendee investissement fusion acquisition
Share Button

Le groupe volailler sarthois annonce l’achat de la Société Marcel Favreau et l’acquisition imminente des sociétés Péridy et Couthouis. Ces trois entreprises vendéennes sont spécialisées dans l’abattage et la découpe de canards.

Le groupe sarthois LDC a de l’appétit. Après avoir déposé une offre de reprise partielle du volailler breton Doux, le leader européen de la volaille se développe dans le canard de chair, en Vendée.

LDC a conclu l’achat de la Société Marcel Favreau, spécialisée dans l’abattage et la découpe de canard de barbarie (canard de chair), à Soullans (Vendée). Cette entreprise de 42 salariés réalise un chiffre d’affaires de 21 millions d’euros, dont 70 % à l’export.

Développer la découpe des volailles

Ce n’est pas tout : LDC est entré en négociation exclusive avec l’industriel vendéen Le Marais en vue de l’acquisition de ses deux filiales, les entreprises Péridy, à Commequiers et Couthouis, à Soullans. Spécialistes du canard entier ou découpé, ces deux PME emploient 167 personnes et réalisent 50 millions de chiffre d’affaires dont la moitié à l’export.

Ces achats illustrent la volonté de LDC de développer la découpe de ses volailles (filets, aiguillettes, gésiers…), de diversifier sa gamme pour séduire les consommateurs européens.

Chiffre d’affaires record

Une stratégie payante à la lumière des résultats économiques de l’exercice 2017-2018, publiés ce jeudi 5 avril.

LDC bat une nouvelle fois le record de ses recettes en atteignant un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d’euros, en hausse de 5,6 %.

Les trois pôles du groupe agroalimentaire se portent bien. Le pôle volaille (marques Le Gaulois, Maître Coq, Loué) grignote les parts de marché de la volaille importée en restauration hors domicile (restaurants, brasseries, sandwicheries…) et en ingrédients pour plats cuisinés.

 

La suite sur : Ouest-France