Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Les Brioches Pasquier investissent 6 millions d’euros dans la Drôme (26).

Brioche Pasquier Agroalimentaire Drôme Stockage Surgelé Palettes Agroalimentaire Batiment Usine
Share Button

Le site drômois du groupe Pasquier, dédié à la pâtisserie, est en train de construire un nouvel espace de stockage. Un investissement de 6 millions d’euros à Etoile-sur-Rhône.

Le groupe choletais Brioche Pasquier, spécialisé dans la fabrication de viennoiseries industrielles, compte aujourd’hui près de 3 000 salariés et 17 usines en France. Deux d’entre elles sont implantées à Etoile-sur-Rhône, dans la Drôme. L’une est dédiée à la fabrication de brioches, l’autre aux produits de pâtisserie. C’est sur cette dernière que d’importants travaux sont actuellement engagés. Le site, d’une superficie de 12 000 m², va s’étendre davantage. Une extension est en effet en cours de réalisation.

6 000 palettes stockées

Willy Deniau, qui est à la tête de ce site industriel depuis trois ans, n’y est pas pour rien. L’une de ses missions était claire : réorganiser le site industriel. « Il fallait être plus productif avec les outils existants », note le dirigeant.

Le nouvel espace de stockage en construction

C’est dans ce contexte que l’entreprise a investit près de 6 millions d’euros afin de construire un nouvel espace de stockage. Jusqu’alors, le site pouvait stocker près de 2 000 palettes. Cette extension permettra d’en accueillir davantage, jusqu’à 6 000. Elle devrait pouvoir être utilisée dès octobre 2015. Le site produit chaque année près de 7000 tonnes de pâtisseries (beignets surgelés, éclairs, etc.).

Maîtriser la production

Le nouvel équipement, qui va être entièrement automatisé, ne créera pas de nouveaux emplois. Mais il permettra de suivre la production, de sa fabrication jusqu’au transport. L’entreprise pourra également mieux s’assurer de la qualité de ses produits et réaliser des économies. Le surplus de marchandises était en effet confié à des sous-traitants, qui les stockaient dans leurs chambres frigorifiques.

La suite sur Acteurs de l’Economie – La Tribune