Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Agroalimentaire. Les Viviers de Saint-Marc ouvrent un deuxième site (22)

Les Viviers de Saint-Marc Saint-Quai Portrieux Bretagne agroalimentaire usine mareyage investissement
Share Button

L’entreprise familiale de mareyage basée à Tréveneuc (Côtes-d’Armor), les Viviers de Saint-Marc (42 salariés) ont créé un deuxième site, à Saint-Quay-Portrieux. Ils travaillent les produits de la mer achetés dans les criées bretonnes.

Un petit kilomètre sépare la plage Saint-Marc, à Tréveneuc et la zone de Kertugal, à Saint-Quay-Portrieux. C’est une courte distance, mais un grand pas que viennent de franchir les trois frères Lhotellier, à la tête des Viviers de Saint-Marc, en investissant 3 millions d’euros pour transférer et agrandir leur usine de transformation des produits de la mer.

Depuis le 12 mars, 29 salariés de cette entreprise de mareyage travaillent sur les hauteurs de Saint-Quay-Portrieux. Tandis que les viviers de crustacés et de coquillages, ainsi que la poissonnerie et la dégustation pour le grand public emploient toujours 13 salariés sur la grève de Saint-Marc.

En direct avec les criées

Robert, 46 ans, Raphaël, 45 ans et Emmanuel, 37 ans, les trois cogérants d’aujourd’hui, sont tombés tout petits dans la marmite. Le mareyage c’est une longue histoire de famille. Le grand-père déjà, à Rennes, dans les années cinquante. Avant que son fils Robert et Yvette Lhotellier créent les Viviers de Saint-Marc en 1996, à Tréveneuc.

Lorsque leur tour fut venu en 2007, les trois fils du couple ont développé l’entreprise, jusqu’à compter un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros fin 2015, puis 7,6 millions en 2017. Un succès indéniable.

« Proposer un des rares produits encore sauvages correspond à la préoccupation actuelle de mieux manger. Et le poisson est de plus en plus acheté en filets, dans les grandes surfaces et les collectivités; une part importante de notre activité », souligne Raphaël Lhotellier.

80% des produits viennent de Bretagne

« Vu l’essor de l’entreprise, il a fallu créer des locaux modernes et adaptés, se souvient-il. Maintenant, on veut développer d’autres marchés. » Du siège, attenant à l’usine flambant neuve de 1 200 m2, sont achetées et revendues par téléphone des tonnes de produits de la mer. 1 200 tonnes passent par les Viviers sur une année.

Les trois frères arrivent entre 4 h 30 et 5 h du matin. De la salle des achats, on est en direct avec les criées. Autant d’écrans que de ports. Les Viviers de Saint-Marc travaillent avec une vingtaine de ports, de Saint-Malo à Saint-Jean-de-Luz.

La suite sur : Ouest-France