Actualités du secteur immobilier agroalimentaire

Toute l'actualité de l'investissement agroalimentaire : acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, acquisitions, fusions, extensions d'usines agroalimentaires ...

Les cidres Val de Rance investissent 10 millions d’euros (22)

Val-de-Rance usine agroalimentaire cotes d'armor investissement
Share Button

La coopérative Les celliers associés, qui produit notamment les cidres Val de Rance, prévoit d’investir 10 millions d’euros d’ici 2019. En avril, elle a lancé ses premiers cidres en canette.

Numéro 2 du cidre en France, la coopérative Les celliers associés, qui est implantée à Pleudihen-sur-Rance, connaît une période d’effervescence. L’entreprise s’apprête à investir « au minimum » dix millions d’euros au cours des trois prochaines années. Soit l’effort financier le plus important depuis sa création, en 1953.

Pour l’entreprise, qui possède deux sites de production à Pleudihen et Condé-sur-Vire (Manche), il s’agit avant tout de rénover ses lignes de production qui commencent à dater. L’usine historique costarmoricaine va bénéficier d’un lifting à hauteur de 3,5 millions d’euros répartis sur trois ans, la normande de 6,5 millions d’euros. « À Condé, on devrait doubler notre capacité de production », indique Philippe Musellec, le directeur général de la coopérative. À l’année, l’entreprise passerait de 40 à 60 millions de bouteilles d’ici 2019.

Doubler l’export

Cette montée en puissance répond à une demande croissante des marchés étrangers. « Il y a sept ou huit ans, l’export représentait un chiffre d’affaires d’environ 150 000 €. Aujourd’hui, c’est plus de 9 millions d’euros. » Autrement dit, sur un chiffre d’affaires annuel en 2016 de 37,5 millions d’euros, près de 25 %. « Notre objectif, c’est d’atteindre les 50 % », sourit Philippe Musellec.

Pour conquérir ces nouveaux marchés, principalement l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord, Les celliers associés joue la carte de l’innovation. Cidre citron-gingembre au Royaume-Uni, cidre houblonné aux États-Unis… En tout, l’entreprise a développé une cinquantaine d’assemblages. « On s’adapte aux spécificités locales. Dans son laboratoire, notre maître de chais s’amuse ! »

Des embauches à venir

Jusqu’à lancer, en avril dernier, les premiers cidres en canette. Une façon de surfer sur la vague du « snacking », ces déjeuners sur le pouce. « En Bretagne, c’est vrai qu’il peut y avoir un côté plus traditionaliste sur le cidre, mais pour l’instant les retours sont plutôt satisfaisants », se félicite le directeur général. Un peu plus de 200 000 canettes ont déjà été écoulées à travers la France, dont « un bon tiers en Bretagne »...

La suite sur: Ouest-France