Share Button

Après une année 2019 qui a vu ce réseau devenir une entité juridique unique suite à la prise de contrôle de Sofrica par Sofrino, Sofrilog entend continuer à densifier le maillage du territoire avec l’ouverture de nouveaux sites d’ici la fin 2020. Le développement de son offre transport fait aussi partie de sa feuille de route.

Ouverture d’entrepôts, développement de l’activité transport via la logistique urbaine et internationalisation. Trois grands chantiers vont mobiliser dans les prochains mois le logisticien du froid Sofrilog. Après une année 2019 qui a vu ce réseau devenir une entité juridique unique suite à la prise de contrôle de Sofrica par Sofrino, celui-ci entend continuer à densifier le maillage du territoire avec l’ouverture de nouveaux sites d’ici la fin 2020.

Sofrilog totalise en France 40 entrepôts, d’une capacité totale de 1,4 million de m3 en froid négatif, dont 150 000 m3 sur Lognes. Un nouvel entrepôt de 90 000 m3 en froid négatif a été inauguré en janvier à Trappes, dans les Yvelines, et un autre d’une capacité de 30 000 m3 en froid négatif doit ouvrir courant avril à La Mothe-Achard, en Vendée.

Développer des plateformes multi-clients

Le premier entrepôt, prenant le relais d’une ancienne infrastructure que le logisticien exploitait sur la même commune, sert notamment à approvisionner des points de ventes des enseignes Système-U et Picard. « Notre volonté est de développer des plateformes multi-clients afin d’apporter de la valeur ajoutée dans la supply chain de nos clients tant en amont qu’en aval », rappelle Rui Pereira, le directeur général de Sofrilog. Il s’agit de dupliquer les process de massification/mutualisation que le logisticien a déjà mis en œuvre sur son site d’Orly, dans le Val-de-Marne, avec les enseignes Franprix, Leader Price et désormais aussi Monoprix , ainsi que sur son site de Lognes, dans la Seine-et-Marne, avec les industriels Findus et Neuhauser.

En ce qui concerne le second entrepôt à venir sur La Mothe-Achard, il sera exploité pour le compte d’un industriel spécialisé dans la fabrication de produits de viennoiserie qui souhaitait centraliser sa logistique. Il a créé à cette occasion une joint-venture avec Sofrilog. « Ce site sera entièrement mécanisé depuis la sortie de l’usine, au niveau des chargements/déchargements de camions, des mises en tunnel et du stockage de palettes », souligne Rui Pereira.

Côté transport, Sofrilog ambitionne d’intensifier son implication dans la logistique urbaine en s’appuyant sur sa filiale spécialisée dans la livraison du dernier kilomètre Oofrais. Présente en Normandie, Ile-de-France, Rhône-Alpes et Sud-Est, celle-ci est appelée à couvrir d’autres régions en France. « L’an dernier, nous avons aussi commencé à faire de la livraison à domicile en sortie de caisse avec des magasins Carrefour en Normandie », souligne Sébastien Bossard, directeur commercial de Sofrilog. La logistique urbaine fait désormais partie des axes de développement du logisticien, tout comme l’internationalisation.

La suite sur:  Actu Transport Logistique